Faites-vous soigner la tête, allez donc chez le psy !

Publié le par Farfalla

Je ne comprends toujours pas cette défiance que tant de personnes ont par rapport aux psys.

Ca n'a rien d'une maladie honteuse.

Certains peuvent vous apporter plein d'outils pour avancer de façon extrêmement positive.

Notions de pleine conscience, de PNL. J'en ai vue une un temps et elle m'avait parlé de l'excellent livre de Laurent Gounelle "Les dieux voyagent toujours incognito" qui est de ce que j'ai compris une illustration de grands principes de PNL. Un homme apprend sous la houlette d'un mentor qui lui tombe dessus, alors qu'il allait se suicider, à se défaire de ses barrières, de ses fausses croyances sur lui-même, à se dépasser. A être heureux à la fin.

Avant qu'elle m'en parle, j'avais jugé à tort ce livre (et l'auteur, dont j'avais déjà pourtant lu un autre livre que j'avais trouvé très bien) comme étant un sosie des bouquins de Marc Lévy, Guillaume Musso (que perso je trouve médiocres après en avoir lu ... un).

Bref, cette psy était formidable.

Et du coup, ces derniers temps, quand je vois une copine, plutôt malheureuse je crois (pas de copain, déceptions sentimentales, ras-le-bol de son boulot, dépréciation de soi et de son entourage), de temps en temps, je remets le sujet sur le tapis ("Tu pourrais peut-être en parler à quelqu'un...").

- "Pas envie, pas le temps, pas l'argent puis c'est pour se prendre la tête plus que je ne me la prends déjà, c'est pas la peine" me répond-elle.

- Dans ce cas, tu peux peut-être quand même essayer le CMP de ta ville, que je lui souffle.

- "Non, je risque de croiser du monde que je connais" (elle bosse dans le social).

Puis l'autre jour, elle a fini par m'avouer, honteusement, sans me regarder, avoir fait un tour chez un psychiatre (parce que c'était remboursé) 2 ou 3 fois de suite. Et que comme les séances duraient 30 minutes, que ça ne la soulageait pas et qu'elle n'accrochait pas avec ce professionnel, elle avait arrêté.

Peut-être trouvera-t-elle des solutions alternatives à une psychothérapie. Je lui souhaite.

Un copain :

  • il parle tout doucement tout le temps. On l'entend à peine.
  • Quand il veut que les autres fassent quelque chose, il ne le demande pas, il dit "Si tu veux, tu peux faire ça".
  • Quand il ne connaît pas les gens, j'ai presque honte parfois tant il se montre timoré.
  • Il y a plein d'autres choses liées à son père qui était alcoolique...

Je lui ai déjà parlé de psy, de théâtre, de judo. Mais lui non plus n'accroche pas avec ces solutions. Il continue son bonhomme de chemin avec ses petits problèmes. Il ne m'a pas l'air d'aller si mal au fond. Mais je suis sûre qu'il pourrait apprendre à se sentir mieux dans ses relations.

Des collègues... les grandes gueules irrespectueuses, les gens négatifs et agressifs, ah j'en enverrai du monde chez le psy moi !

C'est marrant, à parler de ces gens que j'enverrai volontier chez le psy, j'ai l'impression de faire partire d'une secte qui essaie de recruter.

Publié dans Opinions

Commenter cet article