Pour changer les chose se changer soi d'abord

Publié le par Farfalla

C'est peut-être vulgaire mais il a pas tort le type :

http://www.agitateur.org/spip.php?article510

Extrait:

"Je ne comprends pas non plus la lâcheté des salariés. C’est toujours le même argument : « j’ai une famille à nourrir, il y a dans ce pays cinq millions de chômeurs et d’emplois précaires, donc je suis bien obligé d’accepter ce que l’on me propose ». Les ouvriers sont devenus de vrais petits bourgeois qui veulent avoir une femme (ou un mari), des enfants, une maison, un beau jardin, une belle voiture et un chien. Une vraie petite vie de merde. Mais putain, c’est quoi cet égocentrisme à la con !? Pensent-ils justement aux millions de chômeurs qui par leur faute seront obligés d’accepter n’importe quoi à n’importe quel prix ? Pensent-ils à leurs enfants qui, avec leur bac plus douze se retrouveront caissiers de supermarchés payés au smic, avec cinquante heures de travail par semaine ? Selon moi, il faut avoir le courage de risquer de vivre dans la précarité pour ne pas accepter la régression sociale dont seront victimes inéluctablement nos descendants si l’on ne se bat pas.

Notre premier ministre demande aux français d’être capables de faire des sacrifices. Il a parfaitement raison : il faut avoir le courage de refuser des offres salariales qui s’apparentent à une forme de chantage, même si cela a pour conséquence de renoncer à partir en vacances d’été et de plonger sa famille dans la misère.

Merde alors, nos ancêtres sont morts pour installer la République dans ce pays de péquenots. Nos grands-pères sont morts dans les tranchées pour résister aux nazis. Et nous ne serions même pas capables de bouffer des pâtes ou du cassoulet pour empêcher l’idéologie libérale de détruire petit à petit notre joie et notre envie de vivre sur cette planète ?"

FIn de l'extrait

_________________________________________________

Ca fait un moment que je fais des plans pour trouver une alternative à mon job chiant, exercé dans des boîtes que j'ai très vite détestées.

Comme d'autres avant moi, mais pas toujours facile de les trouver sur Internet, j'aimerais idéalement pouvoir me passer de tout ce que me confère le salaire versé par une entreprise de merde que je hais :

contracter un crédit pr acheter une voiture ou un appart, avoir envie de nouveaux fringues alors que j'ai déjà de quoi m'habiller, mettre de l'argent de côté pour aller visiter une ville européenne avec mes copains.

Hélas on voit rapidement qu'il faudrait s'éloigner de tout ce dont on a l'habitude mais qu'on partage avec ses copains: on a été élévés comme des consommateurs.

Et ces habitudes ne sont pas faciles à changer. Sinon j'aurais déjà quitté le monde de l'entreprise...

J'aurais trouvé une asso, une entreprise avec une MISSION D AIDE PUBLIQUE, pour de vrai, dans laquelle travailler, même avec des conditions de merde, un salaire de merde et quelques merdeux irrécupérables, aurait un sens.

Je serais partie vivre une année ou plus à Marinaleda, ou en Ardèche ...

La fonction publique, conspuée par toutes les personnes que je croise, j'ai pensé à l'intégrer aussi. Mais un atterrissage forcé à Paris, ce retour au bagne, non merci...

Peut-être que je devrais me renseigner encore mieux et faire des plans. Puis-je vraiment accepter de rester toute ma vie dans un système que je hais ?

Commenter cet article