Soif de vengeance mais restons calme et attendons de voir le cadavre de l'ennemi passer sur la rivière

Publié le par Double-Six

Au moment de mon licenciement abusif, j'ai essayé de me montrer le plus calme et rationnelle possible. Ce qui étonnait les personnes qui me voulaient du bien.

C'est que, durant cette période, j'étais totalement concentrée sur les moyens que j'allais mettre en œuvre pour me défendre.

Mais une fois remise à flots, j'éprouvais une rage pas possible, une envie de détruire la vie de ceux qui m'avaient humiliée. J'ai imaginé tant de scénarios : chercher leur adresse et venir en pleine nuit remplir leur boîte aux lettres avec de la merde, crever les pneus de leur voiture, les attraper par les cheveux et taper leur tête contre un mur jusqu’à ce qu'elle soit réduite en bouillie, leur foutre la honte dans un supermarché et leur enfoncer la tête dans l'aquarium des crabes à la poissonnerie...bref, tant de possibilités.

Puis j'ai compris que j'avais surtout besoin de parler et de témoigner. J'ai compris que ces personnes, d'une façon ou d'une autre, paieraient pour ce qu'elles m'avaient fait.

Ca s'est vérifié en partie, puisque le restructurateur qui m'avait fait virer a été remercié peu de temps après mon départ. Quant à mon ancienne cheffe, qui faisait des coups tordus dans le dos de tout le monde, d'autres doivent lui faire payer de temps à autre le mal qu'elle leur fait. Statistiquement parlant, c'est fort probable. 

Je suis tombée l'autre soir sur une des excellentes émissions de Noëlle Bréham...justement sur la vengeance. J'aurais tant aimé témoigner, mais je n'étais pas seule et n'ai pas osé laisser la personne en question pour me consacrer à un témoignage sur un sujet aussi noir.

"Si quelqu'un t'a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de l'eau, et bientôt tu verras passer son cadavre dans la rivière.

Lao Tseu

Commenter cet article