Trentenaire célibataire et pression sociale

Publié le par Double-Six

Je suis célibataire, et oui, cé-li-ba-tai-re ! J'aimerais dire que je n'ai même pas peur mais hélas, la pression sociale est souvent là :(

Je regrette un peu l'année d'insouciance que j'ai vécu à mon arrivée dans le Sud-Est, à 28 ans. J'avais décidé de m'éclater, je m'étais trouvé un super groupe de potes dont des célibataires de 36-37 ans. Ma vie n'était que plaisir en dehors du travail : fêtes, théâtre, soirées jeux et je me répétais que je remerciais la vie pour tout ça et que l'amour serait la cerise sur le gâteau ! La cerise s'est pointée au bout de 6 mois et j'étais donc persuadée d'avoir trouvé la recette, l'antidote au maudit célibat : aime-toi, aime ta vie et la vie t'aimera. Je considère les choses de façon beaucoup plus sombre à présent depuis que j'ai perdu ce petit vivier épanouissant. Je réappliquerais sans doute ma recette quand j'aurais retrouvé un peu de sérénité mais pour l'instant, ce n'est pas trop ça. 

Dans le Sud-Est de la France, après une année très riche de tous points de vue, j'ai déménagé et je ne me sentais plus très bien mais de nouveau, j'ai connu plein de célibataires. Des gens qui avaient entre 30 et 60 ans. J'en ai connu tellement que je ne ressentais aucune pression sociale. Personne ne s'étonnait que je sois célibataire et sans enfants. J'avais des copines de 36, 37 ans dans la même situation et sans aller jusqu'à dire qu'elles le vivaient bien tout le temps, leur vie était plutôt remplie et joyeuse, pleine de fêtes et de belles balades.

Ca me rassurait, ça me faisait plaisir de voir évoluer (pas toujours dans la joie bien sûr, ils avaient leurs moments de déprime aussi), ces célibataires sans trop d'inquiétudes car je me sentais beaucoup plus similaire à eux qu'aux trentenaires qui mettent en route un bébé. Et je les voyais même comme des modèles, moi jeune trentenaire incertaine.

Depuis que je suis rentrée en Bretagne, c'est plus désagréable. Dans ma nouvelle boîte, je suis entourée de gens qui ont aussi la trentaine et qui achètent | viennent d'acheter | cherchent une maison avec leur conjoint, viennent de faire un enfant | élèvent leurs jeunes enfants | songent à faire un enfant | désespèrent ne pas encore avoir d'enfants (rayez les mentions inutiles).

Dans ma famille, tous mes cousins sont en couple actuellement sauf moi. Les plus âgés ont tous des enfants et dans l'ordre des âges, logiquement, je devrais être la prochaine à me poser et à fonder une famille. Or je suis à 1000 lieues de cela. J'aimerais trouver un nouvel amoureux mais alors faire un bébé...je n'en ai aucune envie.

J'en aurais peut-être envie dans 2 ans, je n'en sais rien. Mais actuellement NON, les enfants des autres c'est mignon 5 minutes et je ne les envie absolument pas. Et je ne vois pas pourquoi je devrais me poser la question.

Je ne peux pas dire que les gens me mettent la pression mais il y a toujours un silence gêné, ici, en Bretagne, quand vos collègues ou vos cousins essaient de savoir sans en avoir l'air si vous êtes célibataire ou pas et que vous leur dites que oui, vous êtes seule. C'est désagréable. À ce stade, je crois que je préférais l'entourage que j'avais dans le Sud-Est.

Ce n'est pas une tare d'être seul.e à 30 ans et de ne pas avoir envie de faire des enfants. Mais quand 15 fois en 15 jours les gens se sont étonnés que vous soyez seul.e, bouhhh, vous avez envie de dire MERDE. C'est comme ceux qui s'étonnent que vous occupiez seule une petite maison en campagne. Ah oui, un.e célibataire devrait forcément vivre dans un petit appart, en ville surtout parce qu'un.e célibataire, ça s'ennuie...putain les clichés ! Au secours !

 

Commenter cet article