De la délation au sauna, ton huile essentielle dans ta gueule !

Publié le par Farfalla

J'ai passé il y a peu un petit we lorientais fort sympathique, où, hormis une fatigue écrasante due au papotage nocturne (inévitable entre des copines qui se retrouvent ensemble), nous avons notamment découvert un beau centre aquatique, avec sauna-hammam intégré dans le prix.

Ni une ni deux, waouh, nous y sommes allées.

Tandis que nous nous débarrassions de nos mortes écailles dans le sauna, dont la chaleur écrasante me mettait les sinus en feu, une grande "Pousse-toi de là que je m'y mette" fit une entrée fracassante dans ce havre de paix et de détente.

Avec une brusquerie assumée, elle obligea une de mes coupines à se pousser (alors qu'il y avait de la place partout). Cette dernière obtempéra.

Elle aurait sinon pris le risque de voir les mortes écailles de ses pieds collées sous le popotin de la gourdasse qui nous dérangeait dans notre retraite suèdoise (ou finlandaise, bref).

Or, le but du sauna-hammam étant de se débarrasser de ses mortes écailles (que vous appelez plus noblement "peaux mortes"), la coupine ne se rebiffa donc point.

C'était sans compter sur la volonté inébranlable de l'intruse de nous nuire!

Elle dégaina dont ne sait où un petit flacon d'huile essentielle (à la lavande, me rapporta ensuite une coupine) et en versa le contenu sur le sauna. Ce qui est formellement interdit.

Ne supportant pas plus de deux secondes la senteur toxique et cancérigène (a priori), nous nous relevâmes et nous dégageâmes...ce qu'escomptait sans doute cette vieille peau.

Je lâchais au passage un "Faut pas se faire chier"...mais la bougresse fit semblant de ne pas entendre.

Ruminant alors au "purgatoire" (salle intermédiaire, entre le sauna et le hammam, où on laisse l'épiderme se remettre de ses émotions), nous décidâmes d'aller dénoncer celle qui gâcha notre sérénité aux maîtres-nageurs.

- Avec des yeux comme ça ? Me fit le maître-nageur visiblement peu surpris...tirant sur ses paupières jusqu'à la limite de la déchirure (exagération).
- Oui, c'est ça
- Ah oui, ...c'est pas la première fois. Soupir. On va fermer le sauna alors...

Aussitôt dit, aussitôt fait...

La chieuse en question feignait de ne pas comprendre pourquoi elle se faisait déménager du lieu qu'elle venait d'ampuantir...!

Mais depuis, le doute m'assaille...

Ne serais-je pas influencée par cette société de la délation à laquelle le nabot, que certains français ont élu, nous invite?

Commenter cet article