La fête permanente

Publié le par Farfalle, le papillon italien

ScreenShot012.png

Je ne sais pas si la fête permanente est un leurre ou au contraire une très bonne thérapie.

Ca n'enlève rien à mes désespérantes pensées et à mon pessimisme à toute épreuve, mais ça me divertit, ça me défoule...

L'ambiance est généralement extraordinaire pour tous ceux qui viennent s'amuser, comme moi. Ca devient un peu glauque quand les dragueurs s'avancent, pathétique quand vos collègues de bureau viennent vous chauffer...

Mais c'est toujours drôle, léger...

J'ai flirté avec un espagnol, un inconnu, pour voir. Pas mal, ce n'est pas désagréable un peu de séduction et de roulages de patins superficiels finalement. Quand je pense à tous les espoirs naïfs que cela pouvait générer chez moi, il y a quelques années, ah ah ah...

Depuis l'espagnol m'envoie des messages, veut qu'on se rejoigne en boîte etc. Pourquoi pas ? De toute façon, il ne m'attire pas assez pour me troubler, pour irriguer mon petit coeur tout sec. Je ne risque pas d'être déçue. C'est juste drôle et superficiel (et un peu nul aussi, mais ça occupe).

Hier soir encore, j'ai ignoré le brésilien, ... totalement. Je ne lui ai même pas dit bonjour. Au fond, ça m'ennuyait, mais c'est tellement plus facile. Surtout qu'ils sont tous tellement en recherche et à s'épier les uns les autres mes collègues qu'il y en aurait bien un pour me charrier, à propos du brésilien.

Il nous a vite quitté d'ailleurs, cette fois. Pas de bonnasse à qui sucer les amygdales hein ? Pauvre chou...

Les beaux, ceux qui ont un physique avantageux et qui en profitent. C'est une exigence terrible, pour soi-même de ne rechercher que les beaux. Parce que presque tous les Beaux sont des fucking assholes. Leur kiki est mieux irrigué que leur cerveau ! 

Il va falloir que je trouve d'autres activités. On a vite fait le tour de la fête permanente...puis les cernes et la gueule de bois du lendemain, ça commence à bien faire !

Publié dans Infinita tristeza

Commenter cet article

alexandre 29/01/2012 17:26


Coucou Farfalle,


la beauté physique m'a attiré au tout début de mes amours. Effectivement, c'est plaisant, tu sors avec des jolies filles et les autres types te regardent en pensant "mais comment il fait celui là
?". Et puis, j'ai vite compris qu'il y avait autre chose, même si le physique joue un rôle, il ne faut pas s'en cacher. Maintenant, je préfère nettement une nana qui a un physique "moyen" et pas
"canon", parce que je sais que derrière le vernis, il y a souvent de belles choses.


gros bisous et bon dimanche


 

Farfalla, le papillon italien 30/01/2012 20:44



Oui c'est moche cet automatisme qui nous pousse vers les beaux physiques. On leur donne moins d'importance en mûrissant. Ceci dit, je ne sais pas quand cette maturation se fait chez les garçons,
mais en dessous de 26-27 ans on va dire, j'ai l'impression qu'ils se laissent facilement séduire par un physique et c'est tout. Je relativise bien sûr...bienheureusement tout le monde n'est pas
comme ça.



Lyne Achevez 18/12/2011 12:06


Ah... comme je te comprends... Je me suis moi-même sauvée à Londres pour fuire la morosité française. Ici la fête bat son plein, mais derrière, les gens ne sont pas pour autant plus heureux
qu'ailleurs. La fête continuelle: pour oublier que l'on est seuls, en fin de compte.