Des collègues sans gêne, pas beaux et méchants !

Publié le par Farfalla

 

Je me faisais cette réflexion que, complètement phagocytée par mon travail, les brimades, les vexations, j'ai été plus que jamais GENTILLE. Au travail et en dehors. Comme si je croyais que le meilleur moyen de me faire respecter c'était d'être honnête, polie, gentille.

Grave erreur.

Avec ce comportement d'agneau fraîchement né, je suis devenue transparente. Ou indigne de confiance. Une personne sur laquelle on peut rejeter ses propres fautes ou lui attribuer la responsabilité de ce qui a mal tourné.

L'urgence est donc de quitter la boîte malsaine dans laquelle je travaille. Mais je n'en reviens pas de voir à quel point être la correction/la politesse et la gentillesse ne m'apportent que du mépris et de l'irrespect.

Ce que je trouve hallucinant également, c'est la vitesse à laquelle les autres vous jugent, interprètent les choses comme cela les arrange et n'en démordent plus ensuite.

Combien de personnes ont-elles tiré les mêmes conclusions que moi et se sont mises à feinter ? À surenchérir quand la connerie humaine se manifestait au travail ? Ah il faut beaucoup, beaucoup d'entraînement pour arriver à minimiser tout ça et à se concentrer sur ce qu'il y a de positif, en dehors, dans la vie.

Publié dans Divers, Coup de gueule

Commenter cet article